Nous suivre Industrie Techno

3. Machines à graver Les "mini" vis-écrous limitent la taille des moteurs

Jean-François Prevéraud

Sujets relatifs :

Dans les machines à graver de Gravograph, des vis-écrous téflonisées remplacent les vis à billes.

Gravograph est devenu, depuis 1950, l'un des spécialistes mondiaux du marquage par gravure. Cette PME de la banlieue de Troyes (Aube) propose différentes gammes de machines répondant à de multiples besoins, comme les objets publicitaires, la bijouterie, les plaques signalétiques, le marquage technique de pièces industrielles de séries, voire l'usinage léger en 3D.

Lors de l'étude de sa Série 1000, des machines de milieu de gamme capables de traiter des surfaces pouvant aller jusqu'à 610 x 1 220 mm, Gravograph a envisagé plusieurs solutions pour les translations suivant les trois axes.

« L'idée première a été d'utiliser des vis à recirculation de billes de qualité, mais leurs dimensions et leurs coûts n'étaient pas compatibles avec notre cahier des charges. Et l'essai d'approvisionnements plus économiques, nous a montré qu'elles présentaient alors des dispersions de jeux bien trop importantes, ne nous permettant pas de garantir la précision de nos machines », explique Pierre-Yves Arroyo, le responsable R&D de l'entreprise.

C'est pourquoi Gravograph s'est orienté vers les minisystèmes vis-écrous à rattrapage de jeu recouverts de Téflon NTB de Kerk (distribués en France par Omega Dynamic). Le très faible coefficient de friction de ces vis a permis de limiter la taille des moteurs pas à pas les animant. De plus, elles sont nettement moins chères que des vis à billes de qualité tout en offrant un niveau de précision supérieur, car le Téflon permet de fonctionner sans jeu.

« Les seuls inconvénients auraient pu être la possible présence de légers points durs sur leur longueur, mais cela ne pose pas de problème dans notre application du fait de l'entraînement par des moteurs pas à pas », souligne Pierre-Yves Arroyo. De même, les faibles efforts permettent de conserver une durée de vie acceptable, malgré une vitesse de déplacement de 240 mm/s.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0856

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies