Nous suivre Industrie Techno

200 000 heures de développement

Jean-François Prevéraud

Sujets relatifs :

,
200 000 heures de développement

Pour mettre au point la case de train de l'A380, Assystem Études a utilisé les mêmes outils informatiques qu'Airbus.

© DR

- Assystem est l'un des partenaires qui a travaillé en codéveloppement avec Airbus. À son actif : la case de train de l'A380.

Concevoir un appareil très gros porteur inédit suppose un effort d'étude colossal. C'est pourquoi Airbus a fait appel, dès le lancement du projet A380, à une dizaine de prestataires d'études de rang 1, pour participer à la définition de la structure.

Cette phase terminée, des working packages ont été définis et attribués aux partenaires retenus. Assystem Études s'est ainsi vu, entre autres, confier début 2001 l'étude d'une des deux cases de train principal. Il s'agit d'un ensemble long d'une dizaine de mètres, qui reprend les efforts du train d'atterrissage pour les transmettre de manière répartie à la structure du fuselage.

« Notre rôle a été de partir des principes constructifs issus de la phase préliminaire et de les amener au niveau de maturité souhaité par Airbus », explique Jean-luc Rolland, responsable du centre de compétence aérostructure d'Assystem Études, situé à Blagnac (Haute-Garonne).

Déterminer le profil de risque du projet

Particularité de ces working packages, il s'agit d'études réalisées au forfait : 200 000 heures dans le cas de la case de train. Il a donc fallu, pour le chiffrage, estimer le nombre de pièces intervenant dans cet ensemble, évaluer précisément où se situeraient les difficultés potentielles d'étude et estimer le nombre d'itérations de calcul nécessaire pour optimiser l'ensemble. Bref, déterminer le profil de risque du projet. Une gageure sur un appareil aussi novateur, que seule l'expérience du centre de compétence aérostructure, qui oeuvre dans ce domaine depuis plus de vingt ans, lui a permis de réussir en environ 500 heures.

D'autant que le working package ne se limite pas aux seules études détaillées, mais comprend également la définition des parcours d'outils à fournir aux usineurs, l'accompagnement des essais physiques, la création du dossier de certification et un engagement sur les modifications pouvant être demandées jusqu'à vingt mois après l'obtention du certificat de navigabilité (horizon 2007).

Des méthodologies de travail coopératif

« Dans ce référentiel, notre marge de manoeuvre réside essentiellement dans la négociation du planning, afin de pouvoir enclencher les phases d'études sur des hypothèses fiables pour minimiser les risques, et dans notre capacité à mobiliser rapidement nos spécialistes. » Cela a été possible grâce aux méthodologies de travail coopératif au quotidien, mises en place entre les techniciens des deux entreprises et les équipes gérant le projet. De plus, des revues de projet plus formelles ont eu lieu tous les mois afin de prendre de l'altitude pour valider les études dans un cadre plus global.

Cela suppose aussi d'utiliser contractuellement les mêmes outils informatiques qu'Airbus, à savoir Airbus Concurrent Engineering, soit Cadds 5 pour la définition des modèles et Gilda pour leur gestion en configuration. Le tout s'accompagnant de méthodologies de travail propres aux différents métiers d'Airbus. Pour cela, les concepteurs d'Assystem Études ont accès à des boxing, des "cases" tirées de la maquette numérique de référence, délimitant leur zone de travail. Les modifications des boxing sont mises à jour chaque nuit, et une redéfinition complète est chargée chaque semaine. Les modèles créés dans les cases sont livrés aux équipes d'Airbus qui en assurent l'intégration finale dans la maquette numérique. Comme quoi la mise en boîte peut être synonyme de succès !

L'ENTREPRISE

- Siège à Paris - Centre de compétence à Blagnac - Filiale d'Assystem Brime - 1 800 personnes - 120 millions d'euros de chiffre d'affaires POINT FORT UN RÉEL SAVOIR-FAIRE DE CONCEPTION AÉRONAUTIQUE LIANT CALCUL ET SIMULATION.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0868

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies