Nous suivre Industrie Techno

1994, il invente le verre autonettoyant

Claudine Meyer

Sujets relatifs :

, ,
Un traitement de surface lui confère la propriété de dégrader, sans intervention humaine, les salissures qui le recouvrent. 1985 Pascal Chartier entre chez Saint-Gobain. 1994 L'idée du verre autonettoyant est lancée. 1995-2002 Développement et industrialisation du procédé à l'échelle du "float glass". Lancement du verre Bioclean. 2003 Pascal Chartier reçoit le Prix Chéreau-Lavet.

Attentif aux problèmes du BTP, Pascal Chartier, spécialiste des traitements du verre chez Saint-Gobain Glass, apprend, en 1994, que certaines peintures pour le bâtiment résistent fort mal aux intempéries. Elles se délitent au cours du temps. Le phénomène est connu sous le nom de "farinage". Les coupables sont les liants à base de dioxyde de titane que l'on intègre aux peintures pour opacifier les pigments. Ils se dégradent en absorbant les ultraviolets et le lessivage des eaux de pluie balaye le revêtement !

Cette fragilité photochimique donne une idée à Pascal Chartier. Pourquoi ne pas utiliser cette photocatalyse pour dégrader, volontairement, les hydrocarbures et les polluants atmosphériques organiques responsables des salissures du verre ? Bref, transformer un cauchemar de peintre en rêve de verrier. Il imagine qu'un traitement de surface appliqué au verre lui conférerait, grâce à l'action des ultraviolets et de l'humidité, des qualités autonettoyantes.

Avec son équipe, il étudie et met au point ce dépôt, puis vérifie une année durant que la providentielle photocatalyse produit bien l'effet souhaité. « Hydrophile, notre revêtement minéral décomposait les salissures et facilitait leur élimination par la pluie », résume-t-il. L'idée était devenue innovation.

Restait à convaincre sa hiérarchie d'engager le développement. Elle le soutient à condition qu'il dépose très vite des brevets car, au Japon, la photocatalyse aiguillonne de nombreux chercheurs qui y pensent pour développer... de nouvelles céramiques. Le développement durera sept ans.

Le revêtement, une couche mince de matériau minéral photocatalytique obtenu par pyrolyse, doit être déposé sur la feuille de verre en sortie de four lorsqu'elle flotte sur le lit d'étain liquide, au bon moment et avant que le refroidissement du verre ne le rigidifie.

Le procédé doit garantir la transparence et la neutralité du verre. De surcroît, le prix ne doit pas excéder de plus de 15 % celui du verre classique. En 2002, c'est chose faite, le Bioclean est lancé, son entretien est deux fois plus espacé que pour un autre vitrage et il requiert moins de détergents.

LE FUTUR DU VERRE AUTONETTOYANT

Le verre autonettoyant pourrait s'imposer comme standard pour les fenêtres et les façades. Les cabines de douche, l'électroménager, le ferroviaire et l'optique pourraient aussi en bénéficier.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0854

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

En 1954, il découvre la vitrocéramique

En 1954, il découvre la vitrocéramique

Il détient également plus de soixante brevets.Sous ses airs de grand-père tranquille, Stanley Donald Stookey dissimule un vrai tempérament de[…]

01/12/2003 | HorizonSTANLEY DONALD STOOKEY
1984, il met au point la mémoire flash

1984, il met au point la mémoire flash

Plus d'articles