Nous suivre Industrie Techno

1982, ils inventent la Swatch

Thierry Mahé
1982, ils inventent la Swatch

© Photo S. Grunig ; DR

- Et la production hyperautomatisée qui l'accompagne.

En 1980, l'industrie horlogère suisse est au plus mal. En moins de trente ans, elle a perdu les deux tiers du marché mondial et l'électronique, qui remplace les mouvements mécaniques, semble désigner l'Est asiatique comme seul territoire de fabrication. Les Américains n'ont-ils pas déjà quasiment arrêté leur production ?

C'est en 1978 que Hernst Thomke prend la direction de la société horlogère ETA. Il attire alors à lui deux ingénieurs de moins de 30 ans, Elmar Mock et Jacques Muller : le premier est un spécialiste des plastiques, le second un homme d'horlogerie. Tout le secret de la Swatch tient à la fusion intime de ces deux disciplines. Ainsi à la structure traditionnelle d'une montre (une platine insérée dans un boîtier, lui-même clos d'un côté par le fond, de l'autre par le verre) va se substituer un seul boîtier de plastique injecté à haute résistance à verre soudé. La montre n'est plus assemblée par vis, mais rivetée par un procédé à ultrasons.

35 000 montres produites par jour

La petite histoire veut que les deux ingénieurs aient eu, ce 27 mars 1980 au matin, en tout et pour tout deux heures pour convaincre leur patron Hernst Thomke. Et le décider, en particulier, à investir massivement dans l'outil de production. Car à la spectaculaire réduction du nombre de pièces (de 91 dans une classique montre à quartz, à 51 pour la Swatch) correspond parallèlement une automatisation inouïe dans cette industrie artisanale de précision : un tapis, 21 automates, 100 % d'automatisation, jusqu'à la touche finale, la mise à l'heure. Surtout, 21 personnes suf- fisent à produire, d'emblée, 35 000 montres par jour.

En fait, la Swatch est devenue l'emblème du concept phare du "Design for Assembly", postulant que les trois quarts des coûts de fabrication et d'assemblage sont déterminés par les choix de conception. Promptement décidé, le projet est diligemment mené ! Puisque le prototype est fin prêt un an plus tard.

ELMAR MOCK ET JACQUES MULLER

- 1979 L'horloger suisse ETA ambitionne de dériver le concept Delirium (la montre en or la plus plate du monde) vers des produits de grande consommation. - 1982 Lancement commercial de la Swatch. - 1983 La SMH (Société de microélectronique et d'horlogerie) est fondée à l'initiative de Nicolas Hayek, artisan du succès marketing de la Swatch.

SWATCH AUJOURD'HUI

- Swatch Group, dirigé depuis 2003 par le fils de Nicolas Hayek, lance 300 à 400 modèles par an. Certains en série très limitée... d'autres à plus d'un million d'exemplaires ! Le groupe réalise quelque 2 milliards d'euros de chiffre d'affaires et emploie 20 700 salariés.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0868

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2005 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

1985 : il invente le robot Delta

1985 : il invente le robot Delta

- Ce concept a fait ses preuves dans de nombreuses applications industrielles.Tout débute à l'automne 1984, un samedi plus précisément, alors qu'une[…]

01/03/2006 | SagaREYMOND CLAVEL
MIEUX VAUT PRÉVENIR...

MIEUX VAUT PRÉVENIR...

DICTIONNAIRE

DICTIONNAIRE

PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE

PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE

Plus d'articles