Nous suivre Industrie Techno

1973, il invente le téléphone portable

Ridha Loukil

Sujets relatifs :

, ,
- Il a fallu presque quarante ans pour que l'idée d'un téléphone cellulaire tenant dans la main se concrétise.

Le 3 avril 1973, Martin Cooper, alors directeur général de la division communication de Motorola, est à la fois excité et anxieux. Dans la rue, à quelques pas du Hilton de Manhattan, à New York, il tient dans la main un curieux objet, volumineux comme une brique, lourd comme un PC portable et muni d'une antenne longue de 10 cm. Avec ce terminal, qu'il a conçu de toutes pièces avec le soutien d'une équipe de sept personnes, il s'apprête à effectuer le premier appel téléphonique en extérieur sans être dans une voiture. Il choisit comme destinataire de l'appel Joel Engel, son rival et néanmoins respecté confrère chez Bell Labs, le bras armé de la recherche et développement de l'opérateur AT&T de l'époque. L'expérience est un succès. L'idée du téléphone portable devient une réalité.

Pour cet ingénieur électronicien, diplômé de l'institut de technologie de l'Illinois, cet aboutissement prend l'allure d'un grand triomphe. C'est Bell Labs qui a lancé, en 1947, le concept de téléphone cellulaire. Mais jusqu'alors, chez AT&T aussi bien qu'à la Federal Communications Commission (FCC), l'administration en charge des télécoms outre-Atlantique, on voyait le radiotéléphone comme un système lourd et massif, destiné d'abord et avant tout à être embarqué dans des véhicules d'urgence comme la police, les ambulances ou les pompiers.

Les États-Unis en retard

« L'idée d'un téléphone cellulaire, qui tient dans la main et qu'on emporte partout avec soi, paraît aujourd'hui évidente. À l'époque, c'était incroyable », rappelle Martin Cooper, détenteur d'un portefeuille de huit brevets sur les communications sans fil.

Il faudra attendre le lancement en 1979, d'abord au Japon puis dans les pays scandinaves, des premiers services commerciaux de téléphones mobiles pour que les mentalités commencent à bouger à Washington. En 1982, la FCC autorise enfin l'ouverture du premier réseau par l'opérateur Ameritech à Chicago. Motorola saisit l'opportunité, et propose en 1983 le Dyna-Tac, un portable de 794 g, deux fois plus compact et plus léger que le terminal d'essai de Martin Cooper. Il coûtait presque 4 000 dollars ! Mais les États-Unis ne se remettront jamais de leur retard sur le Japon et l'Europe. Il aura fallu presque quarante ans pour que l'idée de téléphone cellulaire aboutisse à un produit commercial portable.

Après vingt-neuf ans de carrière chez Motorola, Martin Cooper, pour qui il n'y a pas de manque de spectre radio mais un manque d'efficacité spectrale, participe à la création de six start-up. Depuis 1992, il préside ArrayComm, une société développant, à San Jose en Californie, une technologie radio qui exploite mieux le spectre hertzien.

LE TÉLÉPHONE PORTABLE AUJOURD'HUI

- Il figure parmi les produits les plus banalisés, vendu à plus de 500 millions d'unités par an dans le monde. Il dépasse le téléphone fixe, avec un parc mondial de près de 1,5 milliard de lignes. Le portable pèse en moyenne 80 g, vingt fois moins que son ancêtre de 1973. - 1947 Bell Labs lance l'idée de téléphone cellulaire pour les véhicules. - 1973 Motorola réalise le premier appel à partir d'un radiotéléphone qui tient dans la main. - 1979 Les premiers services de téléphonie mobile analogique démarrent au Japon et dans les pays nordiques. - 1983 Le premier portable tenant dans la main, le Dyna-Tac de Motorola, arrive sur le marché.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0856

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2004 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

USINAGE à GRANDE... DISTANCE ! Page 14

USINAGE à GRANDE... DISTANCE ! Page 14

- L'usinage grande vitesse piloté à distance... c'est désormais une réalité avec l'apparition de commandes numériques puissantes et des solutions de[…]

01/05/2004 | HorizonRemue-Meninges
HAUTE TECHNOLOGIE EN IMAGES

HAUTE TECHNOLOGIE EN IMAGES

RENAULT - NISSAN CE QU'ILS ONT APPRIS L'UN DE L'AUTRE

RENAULT - NISSAN CE QU'ILS ONT APPRIS L'UN DE L'AUTRE

Les trois défis de la microélectronique

Les trois défis de la microélectronique

Plus d'articles