Nous suivre Industrie Techno

1965, elle invente le Kevlar

Sonia Pignet

Sujets relatifs :

,
1965, elle invente le Kevlar

Cette fibre aux propriétés mécaniques formidables, connue sous le nom de Kevlar, trouve de nombreuses applications comme ici dans des gants de ski.

© D.R.

Le matériau trouvera de multiples applications.

Jeune fille, Stephanie Kwolek voulait être médecin. Mais une fois l'équivalent américain d'une licence de chimie en poche, l'argent lui manque pour financer ces longues études. Elle postule donc, en 1946, comme technicienne chez le chimiste Du Pont de Nemours afin, envisage-t-elle, de mettre quelques économies de côté pour poursuivre les études qu'elle souhaite. Mais elle prend rapidement goût à son travail au point que, dans les années 1950, elle intègre le nouveau laboratoire de recherche sur des fibres polymères à Wilmington, dans le Deleware.

Soutenue par Hale Charch, le directeur du laboratoire, elle est reconnue comme chercheuse et travaille, en équipe, à la création de nouveaux polymères par condensation à basse température.

Intronisée au National Inventors Hall of Fame

C'est en 1965 qu'elle crée le Kevlar, un peu par hasard, en essayant de dissoudre un polymère dans de l'acide sulfurique. Contrairement à ses attentes, le mélange s'opacifie. Analyses faites, elle vient de mettre au point une solution de paraphénylène téréphtalamide, dont la concentration et la viscosité sont suffisamment faibles pour que les chaînes de molécules s'orientent dans une même direction, autorisant l'opération de tirage qui consiste à filer le polymère. C'est la naissance de cette fibre para-aramide aux propriétés mécaniques extraordinaires, brevetée sous le nom commercial de Kevlar.

La première application envisagée est le renfort pour pneumatiques, afin de bénéficier de sa grande résistance mécanique, même à haute température. Mais, finalement, le Kevlar fera ses premières apparitions commerciales en 1972 dans le domaine de la protection. Léger, il est utilisé pour renforcer les toiles de parachutes, les cordes, les câbles, les tuyaux sous pression et les fameux gilets pare-balles.

Si le Kevlar reste indéniablement le plus grand succès de Stephanie Kwolek, son nom apparaît sur dix-sept brevets et elle a participé à la découverte d'une dizaine de polymères durant ses quarante années de carrière chez Du Pont, jusqu'à sa retraite en 1986. La reconnaissance officielle arrive en 1995 lorsqu'elle est intronisée au National Inventors Hall of Fame des États-Unis pour avoir « sauvé des milliers de vie » en inventant le matériau dont on fait les gilets pare-balles

1946 Stephanie Kwolek intègre Du Pont de Nemours en tant que technicienne. 1950 Remarquée par son supérieur, elle intègre l'équipe de recherche sur les nouvelles fibres polymères. 1971 La première usine fabriquant le Kevlar voit le jour. 1974 Introduction du premier gilet pare-balles en Kevlar.

LE KEVLAR AUJOURD'HUI

- En termes commerciaux, le Kevlar génère des ventes de centaines de millions de dollars par an, dans le monde entier. - Il est employé pour faire des skis, des casques de sécurité, il remplace l'amiante dans les garnitures de freins et est aussi utilisé pour renforcer toutes sortes de câbles.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0887

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2007 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

LA RFID À L'ÉPREUVE DU TERRAIN

LA RFID À L'ÉPREUVE DU TERRAIN

Tous les spécialistes en conviennent. L'identification radiofréquence (RFID) n'est pas une technologie plug and play. Aucun constat de performance de[…]

ET AUSSI

ET AUSSI

CONCEPTION

CONCEPTION

Organisation Pour des équipes autonomes

Organisation Pour des équipes autonomes

Plus d'articles