Nous suivre Industrie Techno

16 % de réduction du coût du travail grâce aux robots de nouvelle génération

16 % de réduction du coût du travail grâce aux robots de nouvelle génération

Robots Kuka en fonctionnement dans une usine BMW

Une part importante des gains de productivité passe par l’intégration de nouvelles technologies de production. C’est le constat que fait Boston Consulting Group après avoir réalisé une étude sur 25 pays. Grâce aux seuls robots de nouvelles générations, le coût du travail dans le monde peut baisser au-delà de 16 % d’ici 2025. En revanche, prévient l'étude, si rien n'est fait, la France se fera distancer.

Avec un parc français de machines-outils âgé en moyenne de 19 ans et moins de 40 000 robots en France contre 162 000 en Allemagne, la France est en retard en  termes de robotisation de son outil industriel. L’âge moyen du parc de machines-outils a augmenté de près de deux ans depuis 2008.

Une étude réalisée par Boston Consulting Group (BCG) vient une nouvelle fois rappeler aux industriels combien ils ont à gagner à moderniser leurs outils de production. Le rapport du BCG réalisé sur 25 pays estime que la robotisation va faire chuter le coût moyen de la main d’œuvre mondiale de 16 %, mais que la France n’en profitera qu’à hauteur de 9 % si elle ne fait rien. Dans les pays à développement "lent" comme la France, le taux maximum d’automatisation pourrait être atteint en soixante ans contre quinze dans les pays à développement "agressif", comme la Corée du Sud, Singapour, Taiwan, Thaïlande, etc. Le cabinet estime aussi que le coût global d’un robot industriel va chuter de 22 % d’ici à 2025, passant de 103 000 dollars contre 182 000 en 2005, tandis que leur efficacité va augmenter de 5 %.

Deux plans de la nouvelle France industrielle participent à moderniser les usines

Le constat n’est pas nouveau, et la France est engagée dans la modernisation de ses usines. C’est le cas notamment via les deux plans "robotique" et "usine du futur". Le premier vise à faire de la France l’un des cinq leaders mondiaux de la robotique de pointe d’ici 2020 et pointe du doigt le fait que les usines françaises soient insuffisamment robotisées.  Le second vise à rendre l’usine de demain plus écologique et plus intelligente.

« Si elle ne change pas de braquet, la France perdra la bataille de la baisse du coût du travail par la modernisation de l'outil de production, souligne dans un communiqué Jean-Camille Uring, président du Symop, Syndicat des machines et technologies de production.  Si rien n'est fait, dans les prochaines années nous risquons de voir le coût du travail ne diminuer que de 9 % contre - 16 % dans le reste du monde et - 21 % chez nos voisins allemands et britanniques. Fort heureusement, les orientations prises par le ministre de l'Economie sont de nature à changer la donne et à apporter un coup de fouet salutaire. Avec les plans "Robotique" et "Usine du futur", nous pouvons rattraper notre retard ».

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

Interview

"L’aéronautique est le premier de cordée dans la fabrication additive", pointe le directeur France d'EOS

L'impression 3D gagne du terrain dans l'industrie. Mais son intégration est inégale entre les différents secteurs.[…]

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Drone anti-incendie, cybersécurité, nanosatellites… les meilleures innovations de la semaine

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Avion hybride, nanosatellites, impression 3D... les innovations qui (re)donnent le sourire

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Aubert & Duval parie sur le couplage de la forge et de la fabrication additive pour gagner en compétitivité

Plus d'articles