Nous suivre Industrie Techno

12 caméras de vidéosurveillance

WILFRIED MAISY redaction@industrie-technologies.com
Les caméras numériques IP supplantent définitivement leurs homologues analogiques en termes de qualité et de traitement d'images. Quel équipement choisir ? Caméras fixes ou mobiles ? De quelle résolution ? Dotées de quelles fonctions ? Pour quel usage ? Industrie et Technologies vous aide à y voir plus clair.

Les passionnés de photo ne seront pas surpris. Depuis un an, les progrès des caméras numériques ont laissé loin derrière leurs homologues analogiques. De plus les caméras de surveillance IP ou « réseau » transmettent des images sur un réseau local ou étendu tel qu'Internet. On peut les consulter via un ordinateur portable ou un téléphone 3G. Les avantages sont évidents en termes d'installation et de maintenance, le matériel IP étant directement connecté au système informatique. Il peut être alimenté par Wi-Fi ou PoE (power over Ethernet), et paramétré à distance. Enfin, les performances des capteurs, le traitement d'images embarqué, et les possibilités de partage des images en temps réel sont en train de révolutionner la vidéosurveillance.

Plus de fonctions pour des prix à la baisse, c'est le principe du numérique. Les caméras fixes les moins chères, à partir de 150 euros, intègrent de l'intelligence embarquée.

Attention au coût de la transition numérique !

Paradoxalement, la grande majorité des installations existantes sont analogiques et le resteront encore quelques années. Pour Philippe Teyssier, consultant en infrastructures réseaux et vidéosurveillance à Nextira One, seule une infrastructure lourde peut encore justifier de ne pas choisir un système de caméra IP : « Un système de câblage existant, des armoires et équipements d'alimentation électrique existants font qu'il est bien trop cher de les retirer pour en installer de nouveaux. C'est le cas par exemple des systèmes de sécurité dans le métro et de nombreux sites industriels qui utilisent de la vidéosurveillance depuis longtemps. L'équipement électrique compte pour 20 à 50 % de l'investissement. Le remettre en cause doit avoir un sens économique. Par ailleurs, les caméras spécifiques, thermiques ou qui peuvent résister à des explosions, sont analogiques à 95 %. »

Les principaux acteurs du marché estiment à 25-30 % le taux d'équipement en analogique, le marché devant s'équilibrer en 2012-2013. Sony, présent dans les deux technologies, indique que 80 % de ses ventes sont des caméras réseau. Axis, spécialiste de l'IP, accompagne la transition. Il réalise 30 % de son activité dans l'encodage vidéo, qui permet de numériser les signaux vidéo analogiques et d'envoyer les images sur un réseau IP.

Vers un standard de 1,4 Mpixel

Si l'essentiel des caméras affiche une résolution de 300 000 à 400 000 pixels (environ 700 x500 pixels ou 500 lignes TV), certaines caméras IP offrent déjà 1 à 3 millions de pixels, voire plus. « Le standard de demain est le HD de 1,4 mégapixel (Mpixel), prévient Mathieu Lesieur, chef produit de la gamme Ipela chez Sony. La haute définition permet de contrôler les détails d'une image sur de grandes zones industrielles. Cette évolution est possible grâce au récent format de compression vidéo H.264, qui peut réduire la taille d'un fichier vidéo numérique de plus de 80 % par rapport à la norme Motion JPEG et de 50 % par rapport à la norme MPEG-4, sans rogner la qualité de l'image. Résultat : un fichier nécessite nettement moins d'espace de stockage et de bande passante réseau. »

Autre avantage du HD : à partir d'une image de référence très détaillée, on peut créer plusieurs flux vidéo indépendants. Une fonction commercialisée en 2010 chez Axis. « Du haut d'un hall d'aéroport de 200 m de long, nous couvrons plusieurs zones critiques de 50 m2 visualisées sur un ou plusieurs écrans. Notre caméra 3Mpixel P1346, génère simultanément 4 fenêtres affichant 25 images / seconde », souligne Laurent Caro, le directeur produit d'Axis.

Les caméras patrouillent

Plus encore qu'en photo, le marché des caméras IP offre une multitude de combinaisons de produits. Question de besoin : selon l'environnement, intérieur ou extérieur, et l'éclairage. Certains appareils sont conformes aux normes de protection IP51, IP66 et IK10 contre la poussière, l'eau et les risques de vandalisme. On peut réduire le risque d'agression en choisissant des caméras au design lisse, munies d'un caisson de protection, et équipées d'un système d'alarme. « Une caméra fixe est plus vulnérable aux attaques qu'une caméra dôme fixe qui est plus discrète, mais coûte 10 à 15 % plus cher », indique Laurent Caro. Et de distinguer les caméras fixes des appareils mobiles PTZ (Pan, Tilt et Zoom), qui permettent de couvrir un angle de vue important jusqu'à 330°. « Les modèles automatiques, pouvant être configurés en mode « tour de garde », sont environ 50 % plus chers, précise-t-il. L'avantage : les caméras se déplacent automatiquement d'une position prédéfinie à une autre. Il est possible d'activer jusqu'à 20 tours de garde à différentes périodes de la journée, et de couvrir une zone où 10 caméras réseau fixes sont normalement nécessaires. L'inconvénient est qu'un seul lieu est surveillé à la fois. »

Une alternative : la caméra grand angle, qui offre une vision à 180° (un objectif standard couvre 70°). Pour éviter les aberrations optiques, certains fabricants placent plusieurs lentilles sur un seul appareil, et assemblent les images par un logiciel.

Des performances inédites

Les fabricants rivalisent d'ingéniosité informatique, notamment dans la détection de mouvement. En mode « tracking », une caméra repère automatiquement une personne ou un véhicule qui bouge et le suit dans la limite de son champ d'action. Moins de caméras sont nécessaires pour couvrir une zone. Elles sont plus efficaces, n'enregistrant que certains événements autour d'un grillage ou d'une barrière.

Question performances, la sensibilité minimale de lumière est un critère essentiel. Les caméras récentes proposent un mode « jour/nuit », elles basculent automatiquement en noir et blanc à la nuit tombée et utilisent un filtre infrarouge.

Défiant les limites de l'optique, le traitement informatique des images compense les scènes dont l'illumination est minimale et présentent de forts contrastes d'éclairage. La stabilisation électronique réduit de manière numérique les images floues dues aux vibrations. Les caméras thermiques détectent les personnes, les objets et les incidents dans une obscurité totale et dans des conditions difficiles (fumée, brume, poussière...). « La vidéo- surveillance en montagne est un cas extrême, observe Philippe Teyssier, de Nextira One. Nous avons équipé une station de ski à 3 000 mètres d'altitude de caméras mobiles Sony résistant à la neige, au froid, pour vérifier à distance le bon déclenchement d'une avalanche, du blanc sur du blanc ! La vidéo suit les pisteurs et les intersections à risque. »

Interfacer les systèmes d'alarme

Enfin, pour bien choisir des caméras, il faut anticiper leur intégration à un système informatique et de sécurité. « Le client industriel aborde la vidéosurveillance comme un complément à d'autres outils de contrôle d'accès et d'alarme, analyse Laurent Pitek, le directeur commercial de l'intégrateur I Process. Il doit donc interfacer ces systèmes, et intégrer la vidéo dans son infrastructure et sa supervision. Et de citer en exemple un important site pharmaceutique de la région Rhône-Alpes, qu'il va équiper de 400 caméras IP d'ici à 2011. « Le site est déjà très sécurisé par des barrières, des portes, des sas, et différents niveaux d'accès selon les bâtiments. La première contrainte de l'appel d'offres fut d'interopérer la vidéo avec les alarmes liées à un millier de points d'accès contrôlés. L'objectif étant d'optimiser le traitement des alertes, de pouvoir effectuer une levée de doute à distance plutôt que de dépêcher un agent. »

ULTRASENSIBLE

Les caméras numériques peuvent voir dans une quasi-obscurité, à partir de 0,002 lux.

Plus de 30 % de croissance d'ici à 2015

En France, le marché des caméras analogiques a généré 40 millions d'euros en 2009, tandis que celui des caméras IP a dépassé les 20 millions d'euros. En Europe, les chiffres respectifs sont de 550 millions d'euros et 330 millions d'euros. Axis revendique un tiers du marché IP mondial, qui « devrait valoir plus de 2,5 milliards de dollars d'ici à 2012 et progresser de plus de 35 % au cours des cinq prochaines années. »

LA PLUS PERFORMANTE

HEMISPHERIC KAMERA Q24 MOBOTIX Elle allie un objectif grand angle et une définition de 3 mégapixels. La caméra dôme Q24, élégante et compacte, contrôle une pièce sur 360°. L'affichage « Quad » permet de surveiller simultanément les quatre points cardinaux. L'enregistrement intelligent d'événements est lié à des fenêtres multiples de détection de mouvement, notification par e-mail, téléphonie, alarmes acoustiques. Il se fait directement dans la caméra (4 Go carte MicroSD). FICHE TECHNIQUE Résolution 2 048 x 1 536 pixels Sensibilité Couleur : 0,05 lux ; noir et blanc : 0,005 lux Prix 598 euros ; version Secure avec carte SD 4 Go intégrée : 798 euros

LA PLUS INNOVANTE

CAMÉRA THERMIQUE Q1910 AXIS Pour assurer la protection d'une zone 24 heures sur 24, la dernière née d'Axis utilise l'imagerie thermique qui permet de détecter les personnes, objets et incidents dans une obscurité totale et dans des conditions difficiles (fumée, brume, poussière et brouillard). Le modèle Q1910 est destiné à un environnement intérieur et le Q1910-E, avec son caisson, à l'extérieur. Ils prennent en charge plusieurs flux vidéo configurables individuellement au format H.264. Ils sont conformes aux standards ONVIF qui garantissent l'interopérabilité entre différentes marques de caméras. FICHE TECHNIQUE Résolution 160 x 128 pixels Sensibilité 0 lux Prix 2 229 euros (modèle extérieur avec caisson : 2 599 euros)

LA PLUS AUTONOME

SUNVISIO3G ALPHA SURVEILLANCE Étanche et alimentée par de mini-panneaux solaires et des batteries, elle est faite pour le contrôle à l'air libre. Communiquant par GSM/GPRS, elle est adaptée aux locaux ne disposant ni d'Internet ni de câbles électriques. Le détecteur de mouvement vidéo Sunvisio utilise l'infrarouge. La caméra transmet les séquences vidéo sur demande SMS et les alarmes sur intrusion par e-mail sur PC et PDA via Internet. Elle peut stocker jusqu'à 65 000 images au rythme de 1 à 10 par alerte plus une image de pré-alerte. FICHE TECHNIQUE Résolution 640x480 pixels Sensibilité Couleur : 3,8 lux ; noir et blanc : 4,9 lux ; IR 0 lux Prix : 1 836 euros

OLIVIER REVRANCHE AUTOMATICIEN À DELPHI DIESEL SYSTEMS« Des caméras IP pour le contrôle de production : une solution économique »

« En 2007, nous avons intégré 10 caméras IP de vidéosurveillance Axis (207 MW et 210) pour effectuer des contrôles de production sur 3 lignes à La Rochelle. C'était une première en France. L'investissement s'est élevé à 3 000 euros. Il représente une économie de 4 000 euros comparé à l'installation de caméras analogiques dédiées à des fonctions d'acquisition. D'autant que les caméras Axis sont aussi performantes et efficaces. Les modèles 207 MW sont compacts, bien adaptés à un environnement industriel. La 210 inclut une fonction de détection multizone et de gestion avancée des événements. Grâce aux capteurs d'images CMOS à balayage progressif et aux techniques perfectionnées de traitement du signal, les images sont claires et nettes. Les caméras peuvent réaliser jusqu'à 30 images par seconde. Notre choix a aussi été dicté par la simplicité de configuration et d'utilisation de ces caméras réseau. »

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0921

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2010 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies

Nous vous recommandons

Gamme de gerbeurs écoresponsables à conducteur

Gamme de gerbeurs écoresponsables à conducteur

Ce gerbeur à conducteur est solide et maniable. Il est capable de récupérer des charges sur des rayonnages à plus de 6 m de hauteur. Il offre l'un des[…]

Réseau de capteurs sans fil pour IIoT

Réseau de capteurs sans fil pour IIoT

Gerbeurs électriques entrée de gamme

Gerbeurs électriques entrée de gamme

Commutation à facteur de forme

Commutation à facteur de forme

Plus d'articles