Nous suivre Industrie Techno

10. ENSTA / DIBCOM Réception mobile de la télévision numérique terrestre

Ridha Loukil

Sujets relatifs :

Un laboratoire de l'Ensta a développé, pour la start-up francilienne, des antennes pour la réception de la télévision numérique hertzienne en voiture.

C'est lors de ses actions dans le cadre du programme COST (coordination de la recherche et de la technologie en Europe) que l'École nationale supérieure des techniques avancées (Ensta-Paris) rencontre Dibcom. Fondée en 2000 par des transfuges de Sagem, cette start-up francilienne développe des puces électroniques pour la réception mobile de la télévision numérique terrestre (TNT) : en voiture mais aussi sur les PC portables, les assistants personnels ou le téléphone mobile. Le projet européen Confluent, auquel elle participe, donne le point de départ à sa collaboration avec l'Ensta. Lancé en septembre 2002 dans le cadre du cinquième PCRD, il vise le développement des prés requis technologiques pour la fourniture combinée de services mobiles UMTS (téléphone portable de prochaine génération) et de TNT.

Pour les besoins de démonstration et de test sur véhicule, ce projet implique la mise au point d'antennes de réception adaptées. Or, Dibcom ne dispose pas en interne de compétences dans ce domaine. Elle s'adresse alors à l'Ensta. Le laboratoire d'électronique et d'informatique de l'école travaille en effet depuis le milieu des années 1990 sur les antennes. Il affiche une solide expérience, notamment dans la caractérisation de canal de propagation des ondes dans les réseaux locaux radio, connus sous le nom de Wi-Fi.

Une antenne planaire

La demande de Dibcom est un véritable challenge technique. La qualité de réception de la télévision doit rester bonne même si le mobile se déplace à la vitesse de 150 km/h, ce qui est ambitieux notamment du point de vue de l'effet Doppler induit. « Se posent des problèmes nouveaux de fréquences et de polarisation. Alors que dans le téléphone mobile GSM, le signal radio se propage à la verticale à 900 ou 1 800 MHz, il suit dans la TNT un chemin horizontal sur des fréquences situées dans la bande de 450 à 800 MHz, ce qui n'est pas pareil quand on veut placer l'antenne sur le toit d'un véhicule », explique Alain Sibille, directeur du laboratoire.

Une antenne métallique est développée pour les besoins de tests et de démonstrations. Dibcom l'a testée à Paris, en avril 2003, sur le toit d'un véhicule avec un signal de TNT diffusé pour l'occasion par TowerCast. Les résultats sont qualifiés de prometteurs. Mais Alain Sibille trouve l'antenne trop grosse pour les voitures de tourisme. C'est pourquoi le travail s'oriente vers une antenne planaire, capable de s'intégrer dans le pare-brise. Mais pour cela, il faut trouver un matériau translucide qui garantit une bonne réception radio. Le laboratoire explore différentes pistes dont l'oxyde d'indium et d'étain.

La collaboration entre l'école et l'entreprise se poursuit au sein du projet Recitent, soutenu par le ministère de l'Industrie dans le cadre du réseau Riam de recherche et d'innovation en audiovisuel et multimédia. Après avoir agi comme sous-traitant, l'école devient partenaire. L'objectif est ici de développer des antennes pour la réception de la TNT en intérieur. Ainsi on pourra recevoir la télé et déplacer le poste sans le brancher à l'antenne. Ce projet implique aussi Sagem et Siradel, une PME rennaise spécialisée dans la simulation de la propagation radio.

Grâce à ce partenariat, l'école a pu financer la création d'un poste de doctorat et celui d'un stagiaire. Et pour faire face à la croissance de ses travaux sur les antennes, elle est en train de s'équiper d'une nouvelle chambre anéchoïde.

vous lisez un article d'Industries & Technologies N°0852

Découvrir les articles de ce numéro Consultez les archives 2003 d'Industries & Technologies

Bienvenue !

Vous êtes désormais inscrits. Vous recevrez prochainement notre newsletter hebdomadaire Industrie & Technologies