Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Arkema investit dans les matériaux hautes performances

| |

Par publié le à 12h22

Arkema investit dans les matériaux hautes performances

Nouveau logo pour le géant français de la chimie de spécialité.

Arkema a dévoilé ce matin sa feuille de route pour 2020. D’ici 2016, le chimiste français veut accroitre son offre de matériaux hautes performances.

Arkema fait peau neuve. L’industriel a présenté à l’occasion d’une journée investisseurs tenue le 18 septembre à Paris, sa nouvelle identité visuelle et sa nouvelle signature "Innovative Chemistry", censée mieux refléter son positionnement « sur des niches à forte valeur ajoutée ».

Parmi ses trois pôles d’activité, c’est en effet celui des matériaux hautes performances sur lequel le chimiste attend la plus forte croissance. D’ici 2016, il vise 3 milliards d'euros de bénéfices réalisés sur ce seul secteur, sur un objectif de chiffre d'affaires global de 8 milliards d’euros. Les polymères hautes performance représenteraient alors 38 % des ventes de l’industriel en 2016, contre 33 % actuellement.

Les acquisitions des sociétés Hipro Polymers et Casda Biomaterials réalisées au début de l’année en Chine, qui vont permettre à Arkema d’étendre sa gamme de polyamides biosourcés destinés au secteur de l’automobile et des nouvelles énergies, sont un premier pas dans cette direction.

Au-delà de 2016, d’autres investissements stratégiques doivent renforcer la position du chimiste dans les matériaux hautes performances. Le budget investi dans l’usine de Pierre-Bénite (69) augmentera par exemple sa capacité de production du polyfluorure de vinylidène (PVDF), qui trouve de nombreuses applications techniques : films protecteurs pour les batteries et les panneaux solaires ; revêtements de conduits pour l’offshore profond…

Autre secteur de développement pour Arkema, les composites, avec ses polymères PEEK et PEKK. Le chimiste entend concrétiser sa réflexion sur ces applications entre 2016 et 2020.

Ludovic Fery

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur