Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

APIX miniaturise l'analyse des gaz

| | | | | | |

Par publié le à 09h00

APIX miniaturise l'analyse des gaz

Le capot bleu transparent (5 mm x 3 mm) de cette puce de silicium encapsule plusieurs dizaines de nano détecteurs

Nouveau né dans le monde des nanotechnologies, APIX entend chambouler l’analyse de l’air. Ses nanorésonateurs miniaturisent la chromatographie en phase gazeuse, une technique cantonnée jusque là au laboratoire. Les prototypes commerciaux sont attendus en 2012.

Tout part d’un partenariat conclu en 2007 entre le CEA Leti et l’université californienne Caltech. Résolument tournés vers la valorisation de leurs recherches en microélectronique, les deux entités souhaitent identifier des applications pour la technologie émergente des NEMs, ou nano systèmes électromécaniques. « Ce sont des objets de taille micrométrique présentant des parties mobiles de quelques dizaines de nanomètres », explique Philippe Andreucci, cofondateur d’APIX , alors en charge de ce sujet au CEA.

Les chercheurs s’attardent sur des nano résonateurs qui conviendraient parfaitement pour l’analyse de gaz ou de liquide. « La physique montre qu’à l’échelle nanométrique, les systèmes résonants deviennent extrêmement sensibles et résolus pour la détection de masse. Autrement dit, ils détectent d’infimes quantités de matière avec une grande précision », résume Philippe Andreucci.

Cinq ans de travaux seront nécessaires pour murir ces nano résonateurs. Ceux-ci aspirent un échantillon d’air sur une colonne chromatographique. Chaque espèce gazeuse migre le long de cette colonne à une vitesse spécifique. Ainsi fractionnées, les espèces débouchent sur le résonateur. Cette micro-poutrelle vibre à une fréquence dépendant de la masse reçue. APIX a aussi développé les algorithmes qui déduisent la composition de l’échantillon.

Descendant jusqu’à des concentrations en ppb (partie par milliard), ce ''nez miniature'' pourrait trouver des débouchés dans la sécurité industrielle, la production de gaz naturel, et le suivi de l’environnement (qualité de l’air intérieur et extérieur). Des applications dans le domaine médical sont également envisageables comme, par exemple, le diagnostic du cancer du poumon par analyse de marqueurs chimiques présents dans l’haleine des patients.

Si les différentes briques technologiques ont été validées en laboratoire, tout n’est pas joué pour APIX. Les chercheurs peaufinent à présent leur intégration dans un système compact. Mais ils sont confiants. Sa création à peine officialisée début décembre, la start-up a déjà signé son premier contrat industriel. Son contenu reste encore confidentiel. Selon Phillippe Andreucci, des discussions sont également en cours avec plusieurs industriels du gaz. Rendez-vous en 2012 pour les premeirs prototypes commerciaux.

Hugo Leroux


APIX en bref :

Date de création :  05/12/2011
Créateur(s) :  Philippe Andreucci, Jean-Pierre Braun, Eric Colinet, Pierre Puget, Edward Myers, Michael Roukes, Joshua Whiting 
Implantation : Minatec de Grenoble (38) et une filiale à Pasadena (USA, Californie)
Effectif : 10 personnes en 2012.
Contact : Philippe Andreucci
Tel : 06 10 75 11 76 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur