Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Air Fuel Synthesis obtient du pétrole à partir d’air ambiant

| | | | | |

Par publié le à 14h23

Air Fuel Synthesis obtient du pétrole à partir d’air ambiant

Une énergie issue de l'air du temps

La compagnie britannique a dévoilé une technologie de synthèse de carburants à partir d’air. Bien démontré, le procédé doit encore améliorer ses briques technologiques pour atteindre la viabilité économique.

Prenez de l’air. Extrayez le dioxyde de carbone (CO2) et l’hydrogène  (H2) qu’il contient. Recombinez ensuite ces ''briques de base'' à l’aide d’opérations pétrochimiques catalysées, et vous pouvez produire toutes sortes d’hydrocarbures dont…du pétrole. Voilà le principe du procédé Air to fuel dévoilé par Air Fuel Synthesis lors d’une conférence donnée à l’Institution of Mechanical Engineers (IMechE), à Londres.

Selon The Independant, la société basée à Stockton-on-Tees, dans le Nord de l’Angleterre, a ainsi produit cinq litres de carburant en trois mois. Selon ses créateurs, la composition de ce carburant est conforme aux réglementations et prête à l’emploi.

Le cœur de métier d’Air Fuel Synthesis se concentre sur la première étape, délicate, d’extraction des composés CO2 et H2 de l’air ambiant. D’une part, elle capture le CO2 par un lavage à la soude (hydroxyde de sodium), puis l’isole par électrolyse du carbonate de sodium ainsi formé. D’autre part, elle condense la vapeur d’eau contenue dans l’air et l’électrolyse pour former de l’hydrogène.

Pour lors, cette séparation par électrolyse, énergivore, n'est pas économiquement viable. Sans compter les dépenses énergétiques liées aux étapes de recombinaison avales. Le procédé nécessite donc encore un travail d’optimisation considérable. Alimenté pour le moment à partir d’électricité du réseau britannique, le procédé a pour vocation, à terme, de fonctionner à partir d’énergies renouvelables pour devenir « complètement neutre en carbone ». Une telle configuration fournirait aussi un moyen de stocker l’électricité renouvelable lorsqu’elle est excédentaire, plutôt que de surcharger le réseau national.

Pour démontrer sa technologie à grande échelle, Air Fuel Synthesis prévoit de construire une installation pilote dans les deux ans. Cette mini-raffinerie  produirait une tonne de carburant par jour, à destination de l’aviation. Optimiste, le président d’Air Fuel Synthesis Peter Harrison, évoque même une raffinerie grandeur nature d’ici quinze ans.

Hugo Leroux

Pour en savoir plus : http://www.airfuelsynthesis.com

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur