Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

Agilent s'investit dans le marché des instruments "low-cost"

|

Par publié le à 09h00

Le spécialiste mondial de l'instrumentation s'engage activement dans le low-cost


Hewlett-Packard était un grand nom de l'instrumentation électronique. Cette marque était synonyme de qualité et de fiabilité. En 1999, elle disparaît du monde de l'instrumentation. Hewlett-Packard se concentre sur le matériel informatique et crée une nouvelle société baptisée Agilent Technologies. Cette nouvelle entité sera chargée de la conception et la commercialisation des instruments de Hewlett-Packard. Agilent Technologies est resté une référence de son domaine en proposant une large panoplie d'appareils de mesure utilisée depuis la recherche et développement jusqu'aux lignes de production.

Si les instruments d'Agilent sont reconnus pour leur fiabilité, ils ne sont toutefois pas accessibles à toutes les bourses. Pourtant, le marché des instruments d'entrée de gamme, visant des applications de test et mesure simple, n'exigeant pas d'instruments complexes ou extrêmement rapides sont légions.

Agilent estime ce marché à un milliard de dollars avec un taux de progression de 6 à 8%. Difficile de le délaisser. L'Américain s'est donc décidé à s'y investir en créant une division spécifique. Cette dernière baptisée "basic instruments division" va proposer des oscilloscopes, des multimètres, des générateurs, des analyseurs de spectre ou autres modules d'acquisitions de données par liaison USB.



Les premiers produits de la gamme sont sortis en 2006. Elle continue à s'étoffer en 2007. Un analyseur de spectre portable (N9340A) est venu compléter la gamme des appareils portables tels que les oscilloscopes (U1602A et U1604A) et les multimètres portables (U1251A et U1252A). De nouveaux modules d'entrées/sorties numériques ont également vu le jour (U2100 Series). D'autres produits vont suivre, comme notamment une sonde de puissance U2000 dotée d'une connexion USB et la solution d'analyse de puissance associée (N1918A).

Cette gamme d'instruments vise notamment le monde de l'éducation, les ateliers de réparation et de maintenance et les sites de production de produits électroniques de grande consommation. Bref, tous les secteurs où la mesure électronique est indispensable, mais n'exige pas grande vitesse, très hautes précisons ou encore des traitements numériques complexes. Les applications exigeant des appareils mobiles sont également privilégiées.

Si Agilent se lance dans l'instrumentation faible coût, l'entreprise assure qu'elle ne sacrifiera pas la qualité. Agilent ne compte pas vendre sous sa marque des produits fabriqués par d'autres. « Les instruments low-cost seront conçus par Agilent et fabriqués dans les usines asiatiques du groupe », assure Huei Sin, directrice générale de la division basic instruments. Ils seront commercialisés via un réseau de distributeur. En France, c'est la Société Française d'Instrumentation-Distrame qui a été retenue.

Pour rappel, sur un marché de la mesure estimé à 40 milliards de dollars, la vente des instruments électroniques d'Agilent génère un chiffre d'affaires 3,4 milliards de dollars et celle des appareils de bio-analyses 1,6 milliards de dollars.

Youssef Belgnaoui

Pour en savoir plus : http://www.home.agilent.com/USeng/nav/-536906711.536910944/pd.html &
http://www.home.agilent.com/agilent/product.jspx?nid=-536906711.0.00&cc=US&lc=eng &
http://www.home.agilent.com/USeng/nav/-536906711.536910944/pd.html  &
http://www.home.agilent.com/agilent/facet.jspx?cc=US&lc=eng&k=N9340A&sm=g


Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur