Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

A Lille, une plateforme pour les composites du futur

| | | |

Par publié le à 08h24

A Lille, une plateforme pour les composites du futur

Patricia Krawczak, directrice du département Technologie des Polymères et Composites & Ingénierie Mécanique (TPCIM) d'IMT Lille Douai, responsable du projet Popcom.

L'IMT Lille Douai met en place le projet Popcom, dédié à l'optimisation et à l'industrialisation de nouveaux procédés de fabrication de matériaux composites.

« Nous assistons à une vraie rupture ces dernières années dans le domaine de la fabrication de pièces en matériaux composites, observe Patricia Krawczak, directrice du département Technologie des polymères et composites & ingénierie mécanique (TPCIM) d'IMT Lille Douai - l’école née en janvier de la fusion entre Mines Douai et Télécom Lille. Alors que les procédés étaient peu automatisés, et concernaient surtout des petites séries de pièces, les besoins évoluent vers des hautes cadences, notamment sous l'impulsion du secteur automobile. » C'est dans ce contexte que l'école a lancé en janvier son projet Popcom: une plateforme de développement pour l’optimisation des nouveaux procédés composites.

« Depuis une trentaine d’années, l’école des Mines de Douai dispose d'une plateforme technologique dédiée aux matériaux composites », rappelle Patricia Krawczak. Le projet Popcom s’inscrit dans le cadre du développement de cette plateforme. Il intègre toutes les étapes, de la conception au contrôle, en passant par la fabrication. L’IMT Lille Douai collabore pour cela avec le centre Onera de Lille, sur les questions de caractérisation avancée du comportement mécanique, ou encore avec l’Institut d’électronique, de micro-électronique et de nanotechnologie de l'université de Lille (IEMN), en charge du contrôle non destructif des matériaux et structures.

Atteindre de hautes cadences de production

La plateforme devrait permettre l'industrialisation de procédés de fabrication de composites, notamment le moulage par injection avec matrice thermoplastique, ou l'injection bi-composant à haute vitesse. « Il s’agit d'atteindre les hautes cadences de production nécessaires au secteur automobile, mais également de s’adresser à des marchés de niche comme l’aéronautique, par exemple avec des pièces capables de tenir à de hautes températures », détaille Patricia Krawczak.

Pour cela, les machines seront instrumentées avec une batterie de capteurs destinés à mesurer des températures ou observer les avancées de fronts de matière. Autant d’informations qui permettront aux chercheurs de comprendre comment se passe la fabrication, et éviter l’apparition de défauts. Cette démarche est complétée par la mise au point d’outils numériques de modélisation, permettant de concevoir et dimensionner des pièces avec les nouveaux procédés étudiés.

Enfin, la plate-forme servira également de support aux élèves ingénieurs d’IMT Lille Douai, pour se former aux technologies des polymères et composites, mais également pour découvrir la recherche. Le projet Popcom bénéficie d'un investissement d'environ 1 million d'euros en trois ans, de la part de la région Hauts-de-France et de l’Union européenne. La première partie a déjà permis l’acquisition de nouvelles machines: « Les premières arriveront en mai, et nous serons complètement opérationnels début septembre », prévoit Patricia Krawczak.

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur