Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies

Facebook Twitter Google + Linkedin Email
×

A La Mède, une bioraffinerie transformera les huiles usagées en biocarburants

| | | |

Par publié le à 10h22

A La Mède, une bioraffinerie transformera les huiles usagées en biocarburants

Bio-raffinerie de La Mède (Total).

Suez et Total ont annoncé leur association pour collecter et transformer des huiles alimentaires usagées en biodiesel. Les huiles alimentaires seront transformées à la bioraffinerie de Total à La Mède, la première de cette taille en France, qui devrait être mise en service en 2017.

Le raffinage du pétrole est mort, vive le bio-raffinage des huiles usagées ! Tel pourrait être le slogan de la profonde transformation à laquelle est soumise la raffinerie de La Mède (Bouches-du-Rhône). Face à la demande croissante en biocarburants, Total va créer sur le site de La Mède la première bio-raffinerie française, l’une des plus grandes d’Europe, et abandonner fin 2016 le traitement de pétrole brut largement déficitaire.

Dix-huit mois après l’annonce de l’arrêt du site, le pétrolier a annoncé mardi 6 décembre 2016 une nouvelle étape dans la reconversion de sa raffinerie. Dans le cadre d’un partenariat avec Total, Suez s’engage à livrer à la bio-raffinerie 20 000 t/an d’huiles alimentaires usagées collectées sur le territoire français, d’ici dix ans.

En tout, la collecte d’huiles alimentaires usagées en France représente 45 000 t/an, pour un gisement estimé à plus de 100 000 t/an. Le partenariat entre Suez et Total permettra d’augmenter la collecte d’huiles en France de plus de 20 % et d’améliorer leur valorisation via une boucle courte de production d’énergie bénéfique pour l’environnement.

La bio-raffinerie produira du biodiesel grâce au raffinage d’huiles alimentaires usagées, d’huiles résiduelles et d’huiles végétales. Ce biodiesel de grande qualité (HVO, huiles végétales hydrogénées) se mélangera parfaitement au diesel, sans aucun impact sur la qualité du carburant ou sur les moteurs, et sans limite d’incorporation, selon un communiqué de presse signé par Total et Suez. Le procédé de production a été mis au point par Axens, une filiale de l'IFPEN, un organisme public de recherche dans les domaines de l'énergie.

Sur le site, un atelier de production d'AdBlue

Au plus fort de sa production, la bio-raffinerie, dont la mise en service est prévue pour 2017, aura une capacité de production de 500 000 t/an. Sur les 500 000 tonnes qui rentreront, une partie importante sera cependant issue d’huiles végétales obtenues non pas à partir de déchets mais de colza, de tournesol ou de palme. Parallèlement à l’arrêt du traitement de pétrole brut, Total maintiendra certaines activités de raffinage rentables de produits pétroliers, en particulier le maintien de certaines unités de raffinage (reformeur) pour produire l’hydrogène nécessaire au bio-raffinage. Total développera également son activité de jet fuel pour l'aviation civile en visant 30% du marché européen à partir du site de La Mède.

A côté du site, la construction d’une ferme photovoltaïque de technologie SunPower (filiale de Total) d’une capacité de production de 8 MW permettra de satisfaire 50% des besoins en électricité du site. Le site verra aussi la construction d’un atelier de production d’Ad Blue, un additif qui permet de diminuer les émissions d’oxydes d’azote des moteurs diesel et dont le marché est en forte croissance.

 

 

Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur