Vous avez dit slow innovation?

| | | |

Par publié le à 08h44

Vous avez dit slow innovation?

On connaissait la slow food (par opposition au fast food), on connaissait le slow movement (qui prône de revenir à l'essentiel pour prendre le temps), il faudra peut être maintenant compter avec les partisans de la "slow innovation". Cette expression, on la doit à Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif. S'exprimant lors de la grand-messe annuelle des start-upers "leweb13", il a en effet soulevé cette question étonnante à première vue (mais pas infondée) de la rapidité de développement des innovations. Son propos était finalement de pointer les conséquences, souvent socialement douloureuses, de l'apparition soudaine et de l'adoption rapide de technologies ou de services en substitution de commerces bien établis. Et face à cela, il disait consister à "ralentir l'innovation". La twittosphère s'est aussitôt saisie des déclarations du ministre pour les fustiger par de rageurs billets de 140 signes. Mais le sujet que soulève Arnaud Montebourg mérite mieux que cela. Le ministre repose finalement des questions essentielles sur l'innovation. Retenons en trois.

1. La question culturelle d'abord. Derrière chaque innovation, il y a toujours un enjeu culturel. Une idée, une invention ou un service ne devient innovant que parce qu'il est perçu comme tel par ses utilisateurs finaux. Autrement dit, nul objet n'est innovant en soi. C'est le contexte dans lequel il émerge qui le rend pertinent et "disruptif".

2. L'autre question que soulève Arnaud Montebourg est celle des bénéfices que porteraient en elle l'innovation. Dans notre société, elle est perçue comme intrinsèquement positive. Et c'est juste. Mais, même si elle apporte un gain énorme sur le service qu'elle rend, les porteurs de projet ne peuvent totalement s'exonérer des conséquences négatives et des risques que recèlent leur innovation. Plus que jamais, les entrepreneurs doivent se poser la question des impacts de leur création, qu'ils soient environnemental, social et sociétal. Les évaluer, les mesurer, les corriger le cas échéant, doivent aussi faire partie de leurs ambitions.

3. Dans la foulée, en cette période de chômage de masse, la question de l'emploi est sans doute LA question centrale que pose le ministre en creux. Et elle est trop souvent mise sous le boisseau par les entrepreneurs, notamment du numérique. La balance emploi détruit/emploi créé est pourtant un vrai sujet dont ce secteur va devoir se saisir pour rendre plus positive la vision que chacun se fait de ce secteur.

Pour toutes ces raisons, et d'autres, faut-il ralentir l'innovation ? Ce serait un vœu pieux. Mais entendons quand même le message du ministre qui prône de lever un peu la tête et de penser un peu plus loin que le bout de son nez, aussi innovant soit-il !

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

4 réactions

J2B
Le 17/12/2013 à 16h02
"Ralentir l'innovation" ... cela fait malheureusement longtemps que les politiques s'emploient à freiner tout élan de créativité en France. Mais comment peut-on demander une chose pareille ? Se croit-on encore au centre du monde dans lequel le fait de ralentir va faire ralentir les autres ? Encore un politique qui a peur de la nouveauté et de l'inconnu ... Dommage qu'il nous ait pas donné d'exemple. Par contre les exemples d'innovations créatrices d'emploi ne manquent pas.

toto
Le 18/12/2013 à 17h48
En fait c'est déjà le cas, la France est en retard en r et d et innovations, une nouvelle manière de se déculpabiliser ...

Olaf de Hemmer
Le 23/12/2013 à 15h31
L'innovation n'est pas un but en soi : quel progrès vise-t'elle ? > offrir au 'marché' mieux que ses concurrents ? répondre à une demande ? à un besoin mal servi ? ... (objeectifs forts différents !) > ou/et à créer et stabiliser des emplois et une filière ? mieux respecter l'environnement, la société, le territoire ... L'entreprise doit prendre en compte l'impact de l'innovation surr la création de valeur(s) pour toutes ses parties prenantes !

Jean Rohmer
Le 27/12/2013 à 21h52
Bon sens! La vraie question est en effet : "A quelle vitesse faut-il aller vers le futut ?" Voir http://plexus-logos-calx.blogspot.fr/2013/12/a0439-quelle-vitesse-faut-il-aller-vers.html

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies