Industrie et Technologies : Veille des technologies émergentes et des solutions innovantes. Ingénieur de l'année, CNISF et derniers brevets

Pour garder son travail, l'homme sera-t-il plus malin que le robot ?

| |

Publié le à 16h37

pour-garder-son-travail-l-homme-sera-t-il-plus-ma

Les machines, qu'il s'agisse de logiciels gérant des algorithmes complexes ou de robots industriels ultra-rapides et précis, repoussent chaque jour les limites du rendement et de l'efficacité. Dans un billet publié par Wired, Edward D. Hess, professeur en administration des affaires se demande si l'être humain pourra encore à l'avenir supplanter ces outils autonomes

Des "employés" non-humains prennent de plus en plus de postes dans de plus en plus d'entreprises. Ils se montrent rapides, précis, efficaces et fiables... Souvent plus que de véritables employés. C'est entre autres pour ça qu'Amazon remplit ses entrepôts de robots pour effectuer les tâches logistiques qui étaient auparavant confiées à des contrats temporaires, ou que Foxconn, le gigantesque fabricant chinois d'électronique, met en place assez de robots pour remplacer un million d'employés humains en amont du lancement de l'iPhone 6. Et ces machines ne concurrencent pas l'homme que dans les usines ou les entrepôts, mais aussi dans le domaine médical (lecture d'IRM par des logiciels), légal (tri et classement automatisé de milliers de cas pour en extraire des informations),...

Edward D. Hess est professeur en administration des affaires à la Darden School of Business de l'Université de Virginie. Dans les colonnes de Wired il se pose la question de savoir comment l'être humain va faire, dans ce nouvel environnement ultra-concurrentiel, pour faire mieux que ces machines toujours plus efficaces. Qu'est-ce que l'homme peut encore faire mieux que la machine ? S'appuyer sur son intelligence émotionnelle, répond l'universitaire : "On peut apprendre à mieux contrôler nos émotions et les empêcher de dominer notre réflexion. On peut s'améliorer en acceptant les preuves qui contredisent notre vision du monde. On peut apprendre à s'impliquer émotionnellement dans nos relations à l'autre." Et ça, les machines ne sont pas près d'y arriver.

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies