Industrie et Technologies

Industrie et Technologies : Veille des technologies émergentes et des solutions innovantes. Ingénieur de l'année, CNISF et derniers brevets

Le modèle français de création d’entreprises innovantes à la loupe

| | | | |

Par publié le à 12h42

Une étude, réalisée par Oseo en partenariat avec le ministère de la Recherche, livre une analyse approfondie des projets, des profils et des modèles de développement des entreprises innovantes créées en France entre 1998 et 2007.

Quels sont les projets d’innovation des entreprises innovantes créées en France ? Dans quels domaines technologiques opèrent-elles ? Quel est le profil de leurs fondateurs ? Avec quels moyens financiers mènent-elles leurs projets de R&D ? Combien d’entre-elles survivent-elles ? Comment se développent-elles et quelles sont les difficultés auquelles elles sont confrontées?

Voici quelques-unes des nombreuses questions auxquelles répond l’étude Dix ans de création d’entreprises innovantes en France, réalisée par Oseo en partenariat avec le ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche. Elle porte sur un échantillon de 5 500 entreprises créées entre 1998 et 2007, période qui correspond à la mise en place d’instruments publics d’appui à l’innovation d’entreprises innovantes (concours national de création d’entreprises de technologies innovantes, modification du crédit impôt recherche,  statut jeune entreprise innovante, incubateurs, pôles de compétitivité, etc.).

« Cette étude nous fournit une photographie détaillée  du modèle français de création d’entreprises innovantes, afin de nous aider à mieux cibler nos dispositifs de soutien dans ce domaine », note Laure Reinhart, Directrice générale déléguée d’Oseo.

Sans surprise, les TIC (technologies de l’information et de la communication) et les sciences de la vie constituent les principaux secteurs de création d’entreprises innovantes (63 %). En revanche, les fondateurs ne sont pas, comme on pourrait le penser, des jeunes fraichement diplômés. Avec une moyenne d’âge de 41 ans, ils sont plutôt des professionnels expérimentés connaissant bien leur marché, ce qui joue en faveur de la pérennité des projets d’innovation.

Autre conclusion positive : les jeunes entreprises innovantes traversent mieux la fameuse ''vallée de la mort'', la phase critique entre 3 et 5 ans, que les autres jeunes entreprises. Elles présentent un taux de survie de 90 % à 5 ans, contre 50 % pour l’ensemble des jeunes entreprises en France. Environ 4 % d’entre-elles sont rachetées, soit par des grandes entreprises, soit par d’autres jeunes entreprises, le plus souvent en France. Selon Laure Reinhart, sur le panel étudié, environ dix sont devenues des ETI, entreprises de taille intermédiaire avec plus de 250 personnes.

Ce succès ne doit pas cependant masquer les difficultés de développement des entreprises innovantes, et ce malgré les nombreux instruments d’aide à leur disposition. « La maturation d’un projet d’innovation réclame beaucoup de temps, souvent plus de 10 ans, précise Annie Geay, Directrice de l’évaluation et des études d’Oseo. D’où le besoin d’un accompagnement et d’un soutien financier dans la durée ».

Pour télécharger l’étude, cliquer ICI

Ridha Loukil

 

 

 

 

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies