Article Précédent
Article Suivant

La 3D haptique pour toucher la réalité virtuelle

|

Par publié le à 13h03

La 3D haptique pour toucher la réalité virtuelle

La page d'accueil du laboratoire Miraisens

Une technologie 3D haptique a été mise au point par des chercheurs japonais du laboratoire Mirasens. A travers une bague fixée au bout du doigt, elle ajoute le sens du toucher à la réalité virtuelle. À terme, la technologie pourrait trouver des applications dans le domaine de la télémédecine, de l’industrie, de la publicité ou du divertissement, selon les chercheurs du laboratoire. Mais si les résultats obtenus par le laboratoires ont été largement relayés, la technologie n'est pourtant pas si nouvelle que ça.

Demain vous n’aurez  même plus besoin de toucher l’écran ni de tenir une manette et interagirez directement avec l’image en 3D d'un objet. En témoigne la technologie de 3D haptique mise au point par les chercheurs du laboratoire japonais Miraisens  (les sens du futur), une spin off de l’Institut national des sciences et technologies avancées. Elle permet à l’utilisateur de «sentir» un objet virtuel sous un de ses doigts. Pour cela, il est muni d’un casque tel l’Occulus Rift et équipé d’une bague placée au bout du doigt. Comme le casque suit les mouvements de tête de l’utilisateur, le système sait sous quel angle l’utilisateur voit l’image «simulée» par le casque. Celui-ci communique également avec la bague installée sur le doigt de l’utilisateur. Il devient ainsi possible de relier la vision de l’utilisateur avec le mouvement de son doigt puis de synchroniser ce mouvement avec les vibrations transmises par la bague au doigt. Résultat : le porteur du casque a la sensation de «toucher» les objets de la scène devant lui.

Malgré la bonne communication qu'a fait le laboratoire sur sa technologie, celle-ci n'est en soi pas totalement nouvelle. Ainsi la start-up issue du CEA, Haption conçoit-elle depuis quelques années des systèmes à retour de force pour les professionnels, parmi lesquels, par exemple, PSA. Le système se compose d'une structure mécanique articulée équipée de moteurs et de capteurs, reliés à une électronique embarquée. L'utilisateur prend en main l'extrémité de la structure, et peut la déplacer librement, à la fois dans le monde réel et dans la scène virtuelle. Lorsque sa main virtuelle entre en contact avec un objet numérique, un courant est envoyé aux moteurs, qui simulent un contact réel.

Si l’innovation devrait d’abord être déployée dans le secteur du divertissement comme le cinéma ou les jeux vidéos en 3D, le laboratoire japonais travaille aussi à des applications pour l’industrie des services, de la télémédecine ou encore de la conception de maquettes numériques que l’on pourrait ainsi modifier... au doigt et à l’œil !

 

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies