Industrie et Technologies : Veille des technologies émergentes et des solutions innovantes. Ingénieur de l'année, CNISF et derniers brevets
Article Précédent
Article Suivant

Impression 3D : le fichier CAO devient une pièce fonctionnelle

| | | | | | |

Par publié le à 18h07

Nettoyage d'une pièce imprimée en 3D par la société Sculpteo

Nettoyage d'une pièce imprimée en 3D par la société Sculpteo

D'abord plébiscitées par les bureaux d'études, les technologies d'impression 3D sont de plus en plus utilisées pour la fabrication de pièces fonctionnelles. L'aéronautique et le médical ont été les premiers secteurs séduits par la flexibilité et les possibilités de fabrication offertes par ces machines. En regardant la vitesse à laquelle elles progressent et se multiplient, il est facile d'imaginer qu'elles seront source de l'apparition d'un nouveau business model, basé sur l'achat de fichiers CAO à imprimer chez soi ou dans des boutiques équipés à proximité.

Les pièces fabriquées par impression 3D prennent du galon. Si celles, grand public, réalisées par agglomération de poudres ou par dépôt de couches plastiques successives par des têtes d’impression restent principalement décoratives, celles issues de technologies de frittage laser de poudre plastique ou métallique peuvent être fonctionnelles. « Les fabricants de machines-outils utilisent l’impression 3D pour réaliser des pièces complexes, des circuits d’air ou de poudre par exemple, explique Eric Carreel, président de Sculpteo, start-up de prestation de service en impression 3D. Pour ce type de produit de petite série et évoluant très souvent, c’est plus économique que de faire fabriquer un moule ». 

D’autant qu’au cours des deux dernières années, les machines de frittage sont devenues plus robustes et plus fiables tandis que leur multiplication (surtout aux Etats-Unis) a tiré les prix vers le bas. Le secteur du médical utilisent déjà ces technologies pour réaliser des implants à partir des radios du patient transformées en fichiers CAO. En juin 2011, un consortium belgo-néerlandais a ainsi réalisé une première mondiale : greffer une mâchoire inférieure entière, en titane, à une octogénaire. L’automobile s’y intéresse aussi. Certains constructeurs se sont équipés de machines de frittage de poudre pour pouvoir fabriquer en interne des pièces de bancs de test spécifiques.

Plus largement, un nouveau modèle économique se construit, autour de la personnalisation. Au Consumer Electronic Show, à Las Vegas, en janvier dernier, Scupteo a annoncé le lancement d’un moteur d’impression 3D, le Sculpteo integrated Cloud Engine. Cet outil logiciel utilisable par n’importe quel site de vente en ligne amène le consommateur à personnaliser ce qu’il veut acheter (poignées de meuble, coque de téléphone portable, etc.). Des contraintes informatiques transparentes l’empêchent de rendre le produit trop fragile ou infaisable. Après une cotation en ligne, l’acte d’achat lance la production par impression 3D. « Une étape de finition reste nécessaire pour les pièces d’aspect », avoue Eric Carreel.

Au regard de la vitesse d’évolution de ces technologies, cet écueil sera vite surmonté. A tel point que le site de partage de fichiers The Pirate Bay propose désormais, en plus des vidéos, fichiers audio et e-books, le téléchargement de fichiers CAO, baptisés ''physibles''.

Charles Foucault.

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies