Industrie et Technologies

Industrie et Technologies : Veille des technologies émergentes et des solutions innovantes. Ingénieur de l'année, CNISF et derniers brevets
Article Précédent
Article Suivant

Design : le concours vivre avec le cuivre distingue les étudiants français

| |

Par publié le à 02h29

Un radiateur qui se cache sous un séchoir

Un radiateur qui se cache sous un séchoir

Lors de la 3e édition de ce concours international, visant à récompenser des designers tirant au mieux parti des propriétés du cuivre pour créer des objets du quotidien novateurs, les étudiants français ont raflé un premier prix et quatre mentions.

Les résultats du concours international de design ‘‘Vivre avec le cuivre’’ ont été annoncés le 1er mars à Milan par l’Institut Européen du Cuivre (ECI) et l’Istituto Italiano del Rame (Centre Italien du Cuivre). Ce concours récompense des objets du quotidien en cuivre, ou en alliage de cuivre, destinés à nos intérieurs (radiateurs ; luminaires ; objets de décoration…) et tirant judicieusement parti des propriétés intrinsèques du métal rouge : conductivité ; malléabilité ; gamme étendue de couleurs ; qualités antibactériennes…

Pour cette 3e édition, pas moins de 353 candidatures issues de16 pays ont été reçues, soit une augmentation de 170 % par rapport à la précédente édition en 2008-2009. Un succès qui confirme l’engouement des designers pour le métal rouge : ses caractéristiques techniques et son potentiel décoratif offrant aux concepteurs de très nombreuses possibilités.

Le jury, composé de professionnels du design comme Antonia Astori, Giulio Lacchetti ou encore Marco Romanelli, a salué la qualité de la réflexion sur le matériau et la richesse artistique des projets reçus. Les candidats primés sont ceux qui ont su le mieux répondre à la question suivante : comment le cuivre nous permet-il de réinventer nos objets, d’améliorer leur fonctionnalité, de transformer nos usages ? Les lauréats, étudiants et jeunes professionnels, ont reçu des prix allant de 1 500 à 4 000 €.

Voici les résultats de ce concours :

Dans la catégorie ‘‘professionnels’’ :

1er prix : Willy, par Emanuele Magini (Milan, Italie)

                             

Constitué de tubes de cuivre, Willy est un radiateur qui prend la forme – et la fonction – d’un étendoir à linge. Le créateur tire parti de la grande malléabilité du cuivre pour jouer sur la perspective et transformer le traditionnel radiateur en un objet déco décalé qui semble tout-droit sorti d’une bande-dessinée. Par un effet d’optique, le radiateur prend des allures de séchoir et devient fonctionnel et décoratif. L’incontournable et rébarbatif séchoir devient quant à lui un radiateur design, tirant parti de l’excellente conductivité thermique du métal rouge. Avec Willy, Emanuele Magini montre que les propriétés d’un matériau permettent de reconfigurer la fonctionnalité des objets et de libérer de la place dans les intérieurs.



2e prix : Segui la tua passione, d’Ernesto Messineo (Turin, Italie) 

                                  

Ernesto Messnineo a imaginé une série de pots de fleur inspirée par le large éventail de couleur qu’offrent les alliages du cuivre. Les teintes, allant du vieux rose au gris argent en passant par le vert mordoré, sont obtenues grâce à la variation de la teneur en métaux présents dans les différents alliages : laiton ; bronze ; cupronickel ; etc. D’une hauteur de 56 ou 80 cm, chacun des pots affiche un code (famille d’alliage, composition chimique) permettant d’identifier sa couleur, à la manière d’un nuancier pantone. Le tableau périodique des éléments du chimiste et le nuancier du peintre se rencontrent pour matérialiser la variété et la richesse des alliages de cuivre.


Dans la catégorie ‘‘étudiants’’ :

Cette 3e édition consacre l’excellence des écoles françaises de design, qui remportent le 1er prix et pas moins de quatre mentions, avec une spécialité : le luminaire. Le cuivre est au cœur des dispositifs d’éclairages, du fait de sa conductivité électrique incomparable. A travers leurs projets, les étudiants primés font sortir le cuivre de son rôle de simple figurant/composant pour révéler sa place centrale dans les objets lumineux.


1er prix étudiant : 4,5 mm, par Anaick Lejart de l’Ecole Nationale des Arts Appliqués et des Métiers d’Art (ENSAAMA) de Paris. 

                                     

Dans la suspension d’Anaick Lejart, ce sont les fils électriques qui deviennent l’élément central de la lampe. Habituellement cachés dans les murs de nos maisons, ils sont ici symbolisés par un réseau de filaments en cuivre, comme une toile tissée par la fée électricité. La légèreté et la souplesse du cuivre permettent de donner un aspect vaporeux, presque organique à l’objet qui peut être modifié et ajusté librement en fonction des goûts et de l’humeur (le courant électrique passe par un mince tube central, au milieu la structure). Par une image très poétique, 4,5 mm propose d’assimiler la lumière à la puissance du geste, plutôt qu’à l’objet fini que constitue une lampe.


Les quatre mentions du prix étudiant :

Copper Bells par Adrien Goubet de l’Ecole nationale supérieure de création industrielle (ENSCI) de Paris. 

                                 

Le jeune designer se joue du stéréotype de la lampe en cuivre ancienne et donne à ses Copper Bells un aspect très contemporain grâce au principe de l’éclairage indirect. Le métal rouge est ici utilisé pour sa grande faculté à réfléchir la lumière. Grâce à son aspect brillant et à sa couleur feu, le socle en cuivre poli reflète la lumière blanche produite par les LED dans un contraste chromatique saisissant.



Fago par Manon Leblanc de l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg

                                 

Avec sa suspension Fago, l’étudiante propose un luminaire interactif qui exploite la conductivité électrique du cuivre et sa capacité à réfléchir pleinement la lumière. Par un système de polarisation entre un large plateau et des tiges en cuivre modulables, l’utilisateur peut jouer sur l’intensité de la lumière en modifiant l’agencement des tiges posées sur le plateau.



Elica Radiator par Camille Philippon de L’ENSAAMA de Paris. 

                                   

Ce radiateur électrique mural permet de chauffer une pièce entière grâce à l’excellente conductivité thermique du cuivre. Sa particularité esthétique réside dans la forme torsadée de ses éléments. Composé de différents modules pivotant, ce radiateur peut servir d’étendoir à linge ou de chauffe-serviette.



Light up your brain par Yoo Ji Yeon de l’Ecole supérieure des arts décoratifs de Strasbourg

                                

Cette lampe a séduit le jury par l’élégance de son abat-jour composé de fibres de cuivre tissées. La lumière passe à travers en créant des effets de projection poétiques. Ce travail d’orfèvre est rendu possible par la grande malléabilité du cuivre et son importante ductilité.

Jean-François Prevéraud
 

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies