Industrie et Technologies : Veille des technologies émergentes et des solutions innovantes. Ingénieur de l'année, CNISF et derniers brevets

Des carburants à partir d’une bactérie ... et de CO2

| | | | | |

Par publié le à 16h05

des-carburants-a-partir-d-une-bacterie-et

Des additifs ou substituts de carburants peuvent être produits par ce procédé.

Batteries chimiques, électrolyse, pompage hydraulique… Les options actuelles de stockage de l’énergie se heurtent à des rendements limités ou des difficultés de mise en œuvre. Une bactérie utilisant pour seuls carburants du CO2 et de l'électricité pourrait constituer une nouvelle voie de valorisation.

Son nom est Ralstonia eutropha. Cette bactérie du sol, transformée par des chercheurs de l’Université de Californie de Los Angeles, a la vertu de convertir le dioxyde de carbone en carburants liquides.

Le chimiste James Liao et son équipe décrivent le procédé dans un article paru dans l'édition du 30 mars 2012 de la revue Science. Une souche de l’espèce Ralstonia eutropha a été modifiée génétiquement pour devenir un ''électro-bioréacteur'' : celui-ci produit, à partir de CO2 et d’électricité, de l’isobutanol et du 3-méthyl-1-butanol. Ces deux alcools à longue chaîne peuvent servir d’additifs, voire remplacer les carburants dans les moteurs à combustion interne. Pour éviter d'électrocuter les micro-organismes, les chercheurs ont protégé une des électrodes avec une pièce en céramique poreuse. 

Grâce à ces travaux, les surplus d’électricité du réseau liés aux intermittences du photovoltaïque ou de l’éolien, notamment, n'auraient plus à être stockés, puisqu'ils seraient directement valorisables. Mais les chimistes devront d'abord rendre leur système plus robuste afin de monter en capacité : la production d'alcools dans l'électro-bioréacteur est en effet nettement ralentie au bout d'une centaine d'heures.

Ludovic Fery

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies