Audi sort les premiers litres d’e-diesel

| | |

Par publié le à 16h16

Audi sort les premiers litres d’e-diesel

Dans l'usine de production de Sunfire à Dredes

Tout en continuant à explorer d'autres voies alternatives de production de carburant, Audi sort les premiers litres "d'e-diesel", produits à partir d'électricité renouvelable, de CO2 et d'eau.

Audi communique sur l’e-diesel depuis un certain temps. L’objectif affiché du projet étant d’obtenir avec un moteur diesel un bilan carbone équivalent à celui d’un véhicule électrique du puits à la roue. A Dresde, l’usine pilotée par Sunfire, partenaire d’Audi, produit enfin les premiers litres d’e-diesel capables de remplir l'objectif affiché. Pour en montrer l’efficacité, la ministre allemande de l’Education et de la Recherche, le Dr. Johan Wanka, en a même mis cinq litres dans son Audi A8 3.0 TDI.

L'e-diesel : de l'eau, du CO2 et de l'hydrogène mélangés à haute pression et à haute température

Pour communiquer sur un bilan carbone aussi bas qu’avec un véhicule électrique, Audi utilise de l’électricité produite à partir de ressources renouvelables – éolien, solaire, ou hydroélectrique – pour produire de l’hydrogène (H2). Le constructeur utilise un procédé d’électrolyse à haute température (800°C) dans lequel il récupère la chaleur. L’hydrogène est ensuite mélangé avec du dioxyde de carbone (CO2). Celui-ci est principalement fourni par une unité de production de biogaz, mais une petite partie est également capturée à partir de l’air ambiant dans une usine dédiée à cela et appartenant à Climeworks, qui a développé la technologie de capture. Le mélange du CO2 et de l’H2 permettent ensuite sous pression et haute température de produire du monoxyde de carbone (CO), de l’hydrogène et de l’eau, à partir desquels est synthétisé un liquide énergétique, le Blue Crude, du "brut bleu" comparable au pétrole brut, mais qui ne contient plus de soufre ni d’hydrocarbures aromatiques.

 

Le Blue Crude est ensuite raffiné pour devenir de l’e-diesel, pour lequel des tests en laboratoire ont montré qu’il était utilisable aussi bien mélangé avec du diesel classique que tout seul, dans un moteur classique. Le rendement total de la production du carburant depuis la production d’hydrogène est de 70 %, selon le constructeur. Audi annonce une production de 3 000 litres pour les prochains mois.

En parallèle, Audi mène toujours des recherches pour produire de "l’e-gasoline" avec la start-up Global Bioenergies en France, et encore d’autres recherches avec la compagnie américaine Joule, qui utilise des microorganismes pour synthétiser les carburants Audi e-diesel et Audi e-ethanol.

Partagez l’info :

Envoyer à un ami
Abonnez-vous et accédez à l’intégralité de la veille technologique

Commentaires

Une réaction

Jean Bon
Le 28/04/2015 à 14h12
Le procédé à l'air intéressant , mais je serais curieux d'en savoir plus sur les coûts de production...

Réagissez à cet article

* Informations obligatoires

erreur

erreur

erreur

Veille technologique

pour les professionnels de l’industrie
S’abonner

S’inscrire à l’hebdo de la techno :

Rechercher sur Industrie & Technologies